Abdelkader Laroui

Candidat

Mon engagement débute à l'adolescence lorsque, en Lorraine, nous vivions de façon collective la crise de la sidérurgie.
Assistant social depuis 1994, je suis résolument engagé dans les luttes pour le progrès social et l'écologie. J'ai pu diagnostiquer en profondeur la question des mécanismes socio-économiques menant à la pauvreté et observer combien le système dominant pouvait opérer un contrôle social des populations en difficulté.
Je poursuis ce travail à Toulouse où les dynamiques de précarisation sont importantes notamment depuis la métropolisation. En combinant approche technique de l'action sociale et engagement citoyen, je poursuis avec détermination mon combat contre l'oubli des classes populaires pour un accompagnement vers la citoyenneté et l'émancipation du pauvre au sein de la société française.
J'assiste également au quotidien aux ravages du mal-logement, (précarité énergétique et insalubrité) qui demande des réponses nouvelles autour d'un urbanisme raisonné permettant à tous un accès locatif protégeant leur pouvoir d'achat.
Aussi, que de personnes rencontrées pour des problématiques de santé publique (diabète, surpoids) liées principalement à la mal-bouffe. une politique de prévention passe par un retour à des cantines dès la maternelle proposant le 100% bio et local comme cela existait dans les années 80. Aussi, l'architecture sanitaire doit pouvoir conjuguer proximité territoriale et politique de prévention avec la création de dispensaires en lien avec la médecine de ville et l’hôpital.
Les forces progressistes que nous représentons restent fortement mobilisées pour un humanisme social partagé.

Elisabeth MATAK

Suppléant

Musicienne et mère de 2 enfants, j'ai souhaité m'engager en politique il y a 6 ans en adhérant à Europe-Écologie-Les-Verts : c'est chez les écologistes que j'ai trouvé les réponses les plus concrètes et les plus globales aux crises économiques, sociales et environnementales que nous traversons. En tout premier lieu, le lien entre politiques et citoyens doit être revu. La professionnalisation des politiques via le cumul des mandats, ne favorise guère leur confrontation au monde réel, leur indépendance, leur liberté de ton, et le renouvellement des idées et des personnes. Nombreux sont les citoyens qui s'engagent pour plus de solidarité dans le monde associatif mais aussi dans le monde économique. Les politiques doivent devenir des facilitateurs de ces initiatives mais aussi les garants des solidarités institutionnelles.
En 2015, aux élections départementales, j'étais candidate (pour la première fois) de l'Alternative Citoyenne sur le canton 6 de Toulouse. Pour les Législatives 2017, je m'engage comme remplaçante de Kader Laroui, car je suis persuadée que par sa personnalité, son parcours professionnel, son sérieux et son expérience, il saura incarner le député de renouvellement dont la circonscription a besoin.